"J'aimais extrêmement la lecture de bons livres..." Sainte Thérèse d'Avila, Livre de la Vie
Mes achats

Mes achats

Votre caddy est vide

Rechercher

Rechercher

ISBN : 9782204066433
Disponible
Référence : L902003
Date de parution : 2004
Format : 14X20
Nb de Pages : 1871
Poids : 1150 Gr.

75,00

Confirmation

Cet article a été ajouté dans votre panier - Voir mes achats

Présentation

Traduction par Mère Marie du Saint-Sacrement.


Description

Les Écrits de Jean de la Croix peuvent être classés selon quatre genres : 

1. Les Poèmes : chants, poésies, romances, ils furent les premiers rédigés. D'un lyrisme classique et pur, ils livrent son expérience mystique dans toute sa spontanéité. La plupart ont été composés dans le cachot de Tolède. 


2. Les Écrits spirituels : brefs et grands traités. Ils sont nés lentement et peut-être de manière fortuite, à la suite de demandes d'explications réitérées, pour certains, et toujours dans un esprit d'enseignement. Les brefs traités sont des paroles ou de petits écrits recopiés par des disciples ; ils sont d'une grande aide pour le débutant. On y rencontre le maître en direct. 

Les grands traités sont les œuvres maîtresses ; très construits, ils ont été rédigés en l'espace de sept ou huit ans, de 1579 à 1586. Ce sont, par ordre chronologique, « Le Cantique spirituel A », « La Montée du Carmel » et « La Nuit obscure », « La vive Flamme A », « Le Cantique spirituel B » et « La vive Flamme B ». 

3. Les Lettres. Il semble que Jean de la Croix ait entretenu d'abondantes correspondances. Malheureusement, les circonstances de la fin de sa vie ont entraîné la destruction d'une grande partie de ses lettres. Près de soixante-dix lettres, fragments et notices ont été retrouvés ; adressés à des sœurs et des frères du Carmel ou à quelques personnes vivant de sa spiritualité, ces messages révèlent la tendresse du cœur de Jean, la lucidité de ses jugements, son sens psychologique et sa prudence dans la vie concrète. 

4. Les Textes officiels. Il s'agit de différents actes afférents à ses responsabilités de supérieur religieux ; d'intérêt historique, ils n'ont qu'une valeur assez secondaire pour la connaissance de sa personnalité. Nous n'en publions que quelques-uns. 
Top